home    À LOUER


À la découverte de Lachine
À la découverte de Lachine
À la découverte de Lachine
À la découverte de Lachine
À la découverte de Lachine
À la découverte de Lachine
À la découverte de Lachine
À la découverte de Lachine
À la découverte de Lachine
À la découverte de Lachine

À la découverte de Lachine

– 760, Rue Notre-Dame, Lachine


––

En 1535, Jacques Cartier remarque l’existence d’un grand Sault d’eau, lequel rompt le cours de la rivière vis à vis de la portion sud-ouest de l’île montréalaise.

L’impressionnant obstacle attise la curiosité de nombreux explorateurs et missionnaires, comme Samuel Champlain, faisant jaillir une idée qui devra attendre plus d’un siècle et demi avant d’être réalisée : le Canal de Lachine. Les rives du Lac Saint Louis, baptisées « La Coste St Sulpice » par son fondateur René - Robert Cavelier de Lasalle en 1667, avaient déjà convaincues plusieurs qu’elles étaient la porte qui menait à la Chine, et sont alors renommées « La Chine ».

En 1669, Cavelier de Lasalle, commerçant de fourrures, explorateur et découvreur du delta du Mississipi s’applique aux préparatifs d’un voyage de découverte vers l'ouest, pensant pouvoir traverser le continent et trouver un chemin vers la Chine. À l’été de cette même année, il quitte les rives du Lac Saint Louis par la rivière de l’ Ohio, accompagné de deux sulpiciens et de quelques engagés. Il rebrousse chemin et rentre à Montréal quelques mois plus tard, à l’automne 1669.

Porte ouverte vers les pays d’amont, LaChine se voit devenir une terre à la fois commerciale et institutionnelle. Au printemps 1669, alors que Jean Millot y fait construire une institution paroissiale et scolaire locale, La Chine perd son statut de « mission » pour devenir en 1676 « La Paroisse de La Chine ».

Au début du 19ème siècle, La Chine est principalement cette petite communauté ponctuée de commerces et de ports d’où partent et arrivent les bateaux. L’idée du Canal de Lachine devient alors réalité et voit son ouverture à la fin de l’été 1826. Des premiers travaux d’élargissement et de rénovation du Canal auront lieu quelques années plus tard, de 1843 à 1847, pour permettre aux « steamboats » d’y naviguer. Finalement, cet aménagement ainsi que l’apparition d’auberges, d’hôtels, de boutiques et de divers petits commerces vont peu à peu façonner une nouvelle municipalité : le « Village de Lachine ».

La fin du 19ème siècle marque le développement, l’organisation et l’urbanisation du «Village de Lachine ». À la fin de l’année 1872, suite à la requête des habitants du village, l’autorité gouvernementale redéfinie les limites territoriales et renomme l’actuelle entité urbaine: « Ville de Lachine». Trois ans plus tard, en 1875, le Canal de Lachine sera élargi et tous ses équipements renouvelés pour pouvoir accueillir une navigation nouvelle et d’autant plus imposante.

Se voyant octroyer une nouvelle charte en 1909, la « Ville de Lachine » devient « Cité de Lachine ».

Lors de sa refonte en 2002, la « Ville de Lachine » fait partie de la ville de Montréal et devient l’« Arrondissement de Lachine »

Ouvrage de référence

Normand Moussette, auteur du livre « En ces lieux que l’on nomma LaChine... »

Remerciements

Hélène Samson - Stéphanie Poisson - Musée McCord
Gilles Lafontaine - Archives de la Ville de Montréal
Hélène Lamarche - François Morrissette - Société d’Histoire de Lachine
Hélène Chartrand - Bibliothèque des archives nationales du Québec (Photo : G. Prévost et P. Girard).


––

The discovery of Lachine

In 1535, Jacques Cartier observed the large expanse of rapids which hindered the flow of the river at the southwest portion of the Island of Montréal.

This impressive obstacle aroused the curiosity of many explorers and missionaries, such as Samuel Champlain, and gave rise to an idea that would have to wait more than a century and a half before being realised: the Lachine Canal. The shores of Lake Saint Louis, called " La Coste St Sulpice" by its founder René - Robert Cavelier de Lasalle in 1667, had convinced many that they were the threshold to the route that led to China and are therefore renamed “ La Chine ”.

In 1669, Cavelier de Lasalle, fur trader, explorer and discoverer of the Mississippi delta made preparations for a journey of discovery to the west, thinking to cross the continent and find a way to China. In the summer of that same year, he left the shores of Lake Saint Louis and traveled down the Ohio River, with two Sulpicians and some hired help. He turned back and returned to Montréal a few months later, in the fall of 1669.

With access to territories upstream, La Chine became a land favoured by commerce and by institutions. Jean Millot built a local parish and a parochial school in the spring of 1669, and in 1676 LaChine lost its status as a mission and became “ La Paroisse de La Chine ”.

In the early nineteenth century, La Chine was mainly a small community dotted with shops and ports where boats departed and arrived. The idea of the Lachine Canal finally became reality and was opened at the end of the summer of 1826. The first expansion occurred from 1843 to 1847 to allow steamboats to navigate the canal. Finally, with this improvement, and the development of inns, hotels, shops and various small businesses, a new municipality was shaped: « Village de Lachine ».

The late nineteenth century saw the development, organization and urbanization of the " Village of Lachine." At the end of the year 1872, following the request of the villagers, the government authority redefined the boundaries and renamed the current urban entity « Ville de Lachine ». Three years later, in 1875, the Lachine Canal was expanded and its facilities were improved to accommodate a new and increased navigation.

Being awarded a new charter in 1909, «Ville de Lachine » became « Cité de Lachine ».

In 2002, the «  Ville de Lachine  » merged with Montréal and became « Arrondissement de Lachine ».

Reference book

Normand Moussette , author of the book - En ces lieux que l’on nomma « La Chine... ».

Thank you

Hélène Samson - Stéphanie Poisson - Musée McCord
Gilles Lafontaine - Archives de la Ville de Montréal
Hélène Lamarche - François Morrissette - Société d’Histoire de Lachine
Hélène Chartrand - Bibliothèque des archives nationales du Québec (Photo : G. Prévost et P. Girard).